Au Québec, la facture des crues printanières de 2011, 2017 et 2019 se chiffre en milliards de dollars pour l’État et les citoyens. Selon les experts, de telles catastrophes naturelles risquent de s’intensifier dans le contexte des changements climatiques. Ces récents événement nous invitent à agir sur l’adaptation des bâtiments de notre territoire.  

Pour Architecture sans frontières Québec (ASFQ), bras humanitaire de l’Ordre des architectes du Québec (OAQ), l’architecture fait partie des solutions incontournables pour un Québec résilient aux inondations. Pour minimiser l’impact des crises diluviennes, il est nécessaire de revoir les manières d’intervenir sur l’environnement bâti. ASFQ sonde alors les architectes, ingénieurs et autres personnes concernées par l’adaptation des bâtiments aux inondations pour réaliser un portrait global des connaissances et des perceptions liées à divers enjeux techniques, sanitaires, culturels ou paysagers de l’adaptation des bâtiments aux inondations.

ASFQ réalise ce sondage dans le cadre de son programme de Résilience diluvienne et d’un partenariat avec la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) sur l’aménagement des zones inondables.

Répondez au sondage (environ 20 minutes)

(photo: Cité fluviale de Matra, Eric Daniel-Lacombe – Architecte edl-architecte.com/matra)